Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Les inscriptions de la dernière minute

Depuis le 2 juillet, les 623 387 candidats connaissent les premiers résultats des épreuves du baccalauréat, qui se poursuit jusqu'à demain. Il leur reste maintenant à assurer leur avenir. Pour certains, le problème des choix et des inscriptions est déjà réglé. Les autres, qui ont changé d'avis ou qui ne sont pas encore inscrits dans le supérieur, peuvent être rassurés : quelques établissements acceptent les inscriptions des bacheliers en juillet, voire en septembre. Par ailleurs, les listes d'attente des établissements commencent à se vider. Mais avant toute chose, il est indispensable de réfléchir à son orientation en toute lucidité. Ceux qui ne peuvent pas raisonner par l'aval, car ils n'ont pas de projet, ne doivent cependant pas s'affoler ou céder à la panique. Ils doivent procéder par l'amont et faire un bilan afin de déterminer leur profil.

Ces derniers ont tout intérêt à se donner un temps supplémentaire de réflexion en s'inscrivant dans des filières les plus générales et les plus larges possibles. Au terme d'un premier parcours, ils construiront un projet plus ciblé.

Les bacheliers désireux de poursuivre leurs études à l'université doivent confirmer leur choix de filière, ou se déplacer au secrétariat de la scolarité de l'établissement (inscription administrative).

Comme le garantit la loi, chaque étudiant doit pouvoir intégrer la filière universitaire de son choix. Comme chaque année, certains ont oublié de s'inscrire ou n'ont pas été acceptés dans l'établissement qu'ils convoitent. Pour ceux-là, il reste des établissements qui acceptent encore des inscriptions.


En revanche, un proviseur de lycée ayant des places vacantes dans l'une de ses classes préparatoires aux grandes écoles n'est pas autorisé à inscrire un candidat qui ne s'était pas préalablement connecté.


Chaque année, des milliers de bacheliers se retrouvent sans affectation en juillet. Toutes les universités, à condition d'avoir les places nécessaires pour les accueillir, ont une obligation légale d'ouvrir leurs bras pourtant déjà chargés aux retardataires et d'admettre les «sans-inscriptions». Ceux-ci doivent préalablement remplir une fiche comprenant trois voeux pour une discipline et une université auprès du rectorat avant la fin du mois de juillet. L'affectation, examinée en septembre, se fera alors dans la filière choisie, mais pas forcément dans l'université la plus proche du domicile... Selon L’étudiant, «, aucun étudiant ne reste sans affectation dans une université à la fin du mois de septembre.»


En province, ce sont les universités elles-mêmes, et non pas le rectorat, qui gère les dossiers des retardataires.

D'autre part, les universités libres (privées) admettent encore des dossiers d'inscriptions : la Faco jusqu'à mi-septembre, u le Pôle universitaire Léonard-de-Vinci jusqu'à la mi-juillet, ou jusqu'à la fin du mois de janvier pour une rentrée en février.


Dans les filières sélectives, il est quasiment impossible de s'inscrire en juillet : les IUT et les STS (publiques) ont achevé leur recrutement, les classes prépas aussi, à moins, peut-être, d'avoir fait des étincelles au baccalauréat. Là encore, les lycées privés peuvent être d'une grande utilité et proposent d'excellentes préparations aux BTS, de même que les établissements consulaires, qui dépendent des chambres de commerce. Avant de choisir une école, il vaut mieux procéder à quelques vérifications, notamment des labels de l'établissement (le diplôme est-il visé, reconnu ou homologué ?), les frais de scolarité, l'annuaire des anciens, le contenu de la formation, les débouchés, les locaux...


Dans tous les secteurs, de nombreuses écoles – certaines n'exigent pas le bac – n'ont pas clos leur procédure d'inscriptions (arts, comptabilité, informatique, social, paramédical, commerce, relations publiques, communication, audiovisuel, notariat, immobilier, armée...) : celles du groupe IGS, l'ESC Troyes, le groupe Idrac, le groupe EAC, l'ISG, l'Institut supérieur d'optique (ISO), l'Institut supérieur de rééducation psychomotrice, l'École d'optique de Lille (EOL), l'École supérieure de publicité, l'École supérieure de journalisme (ESJ), l'Établissement Georges Guérin, l'Institut supérieur d'interprétation et de traduction (Isit), l'ACI, l'ESGF, l'ESGCI, l'Igefi (comptabilité, gestion, finance) à Paris, Glion (en Suisse), l'Académie Charpentier à Paris, l'Iseg, l'Institut Vatel, l'École supérieure de réalisation audiovisuelle (Esra), le CLCF, certaines écoles de commerce ou d'ingénieurs post-bac... (1).


Certaines jusqu'en septembre, voire plus pour celles qui prévoient plusieurs sessions dans une année. Enfin, les inscriptions aux cycles d'études supérieures du Centre national d'enseignement à distance (Cned) sont également possibles, à tout moment de l'année. De même, généralement, que les organismes de préparation aux différents concours (grandes écoles ou médecine)... Par ailleurs, les écoles des armées (Cognac Air, Rochefort Air, Saint-Maixent, EDM) acceptent également des candidats en juillet.

Les commentaires sont fermés.